Les femmes souffrant de malnutrition sont plus susceptibles de mourir en donnant naissance à un enfant ou de donner naissance à des bébés avec un poids insuffisant à la naissance, qui sont eux-mêmes plus vulnérables à la maladie et à la mort. Les enfants qui souffrent de malnutrition chronique subissent des conséquences permanentes en termes de capacités cognitives, de rendement scolaire et de revenus futurs, limitant de ce fait le potentiel de développement des nations. CARE sait bien que si l’on trouve une solution à la malnutrition aujourd’hui, cela peut entraîner des avantages 100 fois plus importants que le coût des interventions.

En raison de la malnutrition généralisée, le Malawi, le Mozambique, et la Zambie continuent de compter parmi les pays ayant les taux les plus élevés de mortalité infantile dans le monde. À l’heure actuelle, 45 % de tous les décès chez les enfants de moins de cinq ans sont causés par la malnutrition due à de faibles taux d’allaitement maternel, au manque de diversité alimentaire, à une mauvaise hygiène environnementale et au manque de sécurité alimentaire. Consultez l’infographie (en anglais seulement) pour en savoir plus sur la situation actuelle des femmes, des enfants et des familles dans ces trois pays. Au cours des deux dernières années, CARE Canada et ses partenaires de projet - Cuso International, la Coalition interagence sida et développement (CISD) et l’Université de McGill - ont travaillé directement avec les communautés au Malawi, au Mozambique et en Zambie en vue d’améliorer l’état nutritionnel des femmes et des enfants. Le projet, connu sous le nom de l’Initiative de nutrition en Afrique australe (SANI), est financé par le gouvernement du Canada et met l’accent sur l’accès des femmes et des filles à une alimentation adéquate.

SANI vise à améliorer l’état nutritionnel des femmes en âge de procréer et des enfants de moins de cinq ans, tout en collaborant avec les autorités de santé locales et les communautés, au Malawi, au Mozambique et en Zambie. Plus précisément, SANI devrait contribuer à l’amélioration de la santé d’environ 230 000 personnes directement et de plus de 345 000 personnes indirectement.

Les programmes et services sexotransformateurs de SANI mettent un accent particulier sur la réduction des inégalités entre les hommes et les femmes, les filles et les garçons. Le projet met l’accent sur la promotion de l’apprentissage et des connaissances au sein des familles et des communautés. Notre travail est fondamental et vise à aider les gens de ces communautés à mettre en œuvre des changements durables et à créer les conditions qui permettent aux communautés de prospérer.

>> Téléchargez le sommaire complet du projet SANI (en anglais seulement)

Que faisons-nous pour aider?

Former et équiper des travailleurs en santé communautaire

  • Offrir une formation aux travailleurs en santé afin d’offrir des services de conseils nutritionnels de qualité et des traitements vitaux à ceux qui souffrent de malnutrition
  • Fournir de l’équipement et des fournitures (tels que des planches pour mesurer la hauteur, des rubans pour mesurer la circonférence du bras, et des balances pour promouvoir la surveillance de la croissance)
    • Identifier et traiter la malnutrition sévère par le biais de la gestion des cas et l’alimentation thérapeutique
    Améliorer les pratiques nutritionnelles

    • Sensibiliser les femmes et les hommes sur les besoins nutritionnels des nourrissons, des jeunes enfants, des femmes en âge de procréer, des femmes enceintes ou qui ont donné naissance récemment, et des femmes qui allaitent

    • Éduquer les membres de la communauté en ce qui concerne les habitudes alimentaires nutritives, y compris des démonstrations culinaires avec les femmes et les hommes afin d’encourager l’utilisation de nouveaux aliments nutritifs

    • Soutenir les jardins potagers communautaires en fournissant des graines résistantes à la sécheresse et de l’équipement, et en éduquant les communautés concernant de meilleures méthodes de planification et de fertilisation

    • Fournir un soutien nutritionnel aux femmes et aux familles qui vivent avec le VIH et le sida
    Améliorer la qualité de l’eau, l’hygiène et le système sanitaire

    • Faciliter l’accès à de l’eau potable propre et aux installations sanitaires au moyen de travaux de construction ou de réadaptation de points d’eau ou des puits, des stations de lavage de mains et de latrines

    • Former des groupes communautaires à l’évaluation, la remise en état, la surveillance et la réparation des puits et des latrines

    • Éduquer les membres de la communauté sur les pratiques d’hygiène saine, notamment le lavage à la main et l’élimination des déchets
    Promouvoir l’égalité entre les sexes et autonomiser les femmes
    • Promouvoir l’égalité entre les sexes tout au long du projet de sorte à veiller à ce que toutes les interventions et les activités du projet soient axées sur l’atteinte de l’égalité entre les sexes et donnent aux femmes un accès avantageux à l’alimentation et aux services de santé
    • Transformer les normes de l’égalité entre les sexes qui ont un effet nuisible sur la santé et l’alimentation des femmes et des enfants, particulièrement au moyen de dialogues communautaires auprès des femmes, des filles, des hommes, des garçons, des fournisseurs de services de santé, et des dirigeants communautaires
    • Soutenir les fournisseurs des services de santé et de nutrition afin d’assurer la responsabilité dans la prestation de services de haute qualité axés sur les femmes
    • Promouvoir et appuyer les « champions de l’égalité entre les sexes » ‐ les hommes et les garçons qui dirigeront, soutiendront et poursuivront la transformation des normes de l’égalité entre les sexes au sein de leurs communautés et familles après l’achèvement du projet