Foire aux questions

Foire aux questions
  • 1. En quoi a consisté l’initiative « Nourrir son avenir »?

    L'initiative « nourrir son avenir » (également connu sous le nom de #FeedHerFuture) était une campagne de sensibilisation et de mobilisation auprès des Canadiens sur l'importance de donner aux femmes et aux filles un accès à la nutrition. La campagne s'est déroulée publiquement de juin 2018 à août 2020, et comprenait une mobilisation ligne et en personne dans tout le Canada. Plus précisément, l'initiative « nourrir son avenir » visait à sensibiliser les Canadiens à l'interrelation complexe entre l'égalité des sexes et la nutrition par le biais de l'Initiative en nutrition en Afrique australe (SANI) de CARE, un programme de nutrition basé sur les droits des femmes. Nous croyons qu'un programme de nutrition fondé sur les genres peut faire progresser les femmes et les filles du monde entier !

  • 2. Qu’est-ce qui a différencié « nourrir son avenir » des autres campagnes de nutrition?

    « Nourrir son avenir » a permis d'attirer l'attention sur les normes sociales et les normes de genre ayant un impact sur l'accès des femmes à la nutrition au Malawi, au Mozambique et en Zambie. Le fait est que "nourrir" adéquatement les femmes et les jeunes filles ne se limite pas à la nourriture. Il s'agit du droit humain à l'alimentation. Cette approche des droits humains est la pierre angulaire des programmes de nutrition de CARE basés sur les droits des femmes. De ce fait, les programmes de nutrition de CARE (que #FeedHerFuture a amplifié) impliquent les femmes, les hommes, les filles, les garçons, les familles, les fournisseurs de soins de santé, les décideurs communautaires et les bénévoles pour assurer un changement normatif et durable au sein de la communauté.

  • 3. Pourquoi la campagne « Nourrir son avenir » a-t-elle mise l’accent sur les femmes et les filles?

    Les femmes sont les principales responsables des soins et de la nutrition des membres d’un ménage, mais elles ont toutefois très peu de contrôle sur le revenu et ne sont guère habilitées à prendre les décisions. L’inégalité entre les hommes et femmes est l’un des principaux obstacles à l’exercice du droit des femmes à l’alimentation. C’est pourquoi CARE met particulièrement l’accent sur l’intervention au côté des femmes et des filles, qui ont le pouvoir d’aider les familles et les collectivités! Notre campagne « Nourrir son avenir » visait à créer un dialogue avec la population canadienne et à sensibiliser celle-ci sur l’importance de donner accès à une bonne alimentation aux femmes et aux filles, et cela, en concordance avec les apprentissages que l’Initiative en nutrition en Afrique australe (SANI) nous ont acquis.

  • 4. En quoi consiste l’Initiative en nutrition en Afrique australe (SANI)?

    L’Initiative en nutrition en Afrique australe (SANI) de CARE est un projet de 24,6 millions de dollars CAN financé par le gouvernement du Canada et CARE. Cette initiative, qui a été lancée en mars 2016, repose sur un partenariat entre CARE Canada, Cuso International, la Coalition interagence sida et développement (CISD), l’Université McGill et les gouvernements des pays où l’initiative est mise en œuvre. CARE a pour objectif d’atteindre plus de 575 000 bénéficiaires dans le cadre de ce projet, ce qui contribuera à améliorer la nutrition et la santé des femmes et des filles, de même que celles des hommes et des garçons. Notre projet, qui prévoit la collaboration avec les autorités de santé locales et les collectivités du Malawi, du Mozambique et de la Zambie, permet d’offrir des programmes de grande qualité, axés sur le genre, qui mettent l’accent sur le droit des femmes et des filles à l’alimentation.

  • 5. Comment la COVID-19 a-t-elle affecté l'initiative SANI?

    SANI entamait sa dernière année de mise en œuvre lorsque la COVID-19 a placé notre projet et nos partenaires dans une situation éprouvante. Au Malawi, au Mozambique et en Zambie, l'affaiblissement des infrastructures sanitaires, le manque d'éducation dans le domaine de la santé et l'insécurité alimentaire risquent d'exacerber la propagation et l'impact de COVID-19 dans les prochains mois. Heureusement, SANI est en mesure de faire face à cette situation. Avec le soutien du gouvernement canadien, le projet SANI a été prolongé de six mois (au-delà de septembre 2020), afin de répondre aux besoins des communautés du Malawi, du Mozambique et de la Zambie. Pour en savoir plus sur la réponse de SANI face à l'évolution de la COVID-19, lisez l'annonce complète.

  • 6. Pourquoi le programme « Nourrir son avenir » a-t-il pris fin alors que le programme SANI a été prolongé ?

    « Nourrir son avenir » était une campagne de mobilisation publique visant à éduquer les Canadiens sur la relation importante entre l'égalité des sexes et la nutrition, à travers la vision de SANI. La campagne a été lancée publiquement en juin 2018 et s'est conclue le 1er août 2020. Même si le projet SANI devait initialement prendre fin en septembre 2020, il a été prolongé de six mois afin de pouvoir s'adapter aux réalités de la COVID-19 et de garantir que nos communautés SANI bénéficient d'un soutien pendant la pandémie. Pour en savoir plus sur la réponse de la SANI à COVID-19, lisez l'annonce complète.

  • 7. Que signifie le terme « état nutritionnel »?

    Le terme « état nutritionnel » sert à désigner l’état de santé nutritionnelle d’une personne, sur lequel influent, notamment, sa diète et l’apport en nutriments. Les programmes de CARE sont conçus pour donner aux femmes, aux familles et aux fournisseurs de soins de santé les outils dont ils ont besoin pour améliorer l’état nutritionnel, tout en collaborant avec les autorités de santé locales et les collectivités de ces pays.

  • 8. Comment l’initiative « Nourrir son avenir » a-t-elle aidé les femmes et les filles au Mozambique, en Zambie et au Malawi?

    « Nourrir son avenir » a aidé des femmes et des jeunes filles au Malawi, au Mozambique et en Zambie grâce à des programmes de nutrition fondés sur les droits des femmes qui réduisent les inégalités entre les femmes et les hommes, de même que les filles et les garçons, alors que ces dernières déterminent leur accès à la nourriture et à la santé. Consultez les pages de l'Initiative de nutrition en Afrique australe et de Son droit à l’alimentation pour en apprendre davantage sur les différentes façons dont nous (CARE) avons transformé (et continuons de transformer) les normes en matière de genre.

  • 9. Comment CARE s’assure-t-il que les collectivités continuent de prospérer après l’achèvement du projet?

    Les programmes de CARE exigent la participation des femmes, des hommes, des familles, des dirigeants locaux, des fournisseurs de soins de santé et des bénévoles communautaires du Malawi, du Mozambique et de la Zambie. Cela permet de désigner de futurs successeurs et des champions de programme, en plus de favoriser un environnement durable. Notre travail, qui est fondamental, vise à aider ces collectivités à mettre en œuvre des changements et une prospérité durables.